Costa Rica #2: Monteverde

Direction cette fois-ci l’intérieur du Costa Rica.

J’ai choisis de faire une pause dans mes visites de plages, et d’entrer dans les terres du Costa Rica, parce que je me suis mise au défi de faire la plus longue tyrolienne d’Amérique latine. Je suis donc allée passer 2 nuits au village de Monteverde.

Après 120 km de route (tout en carte routière ! hé oui ! Faut m’habituer à ne plus avoir google map sur mon téléphone !) je suis arrivée au village de Monteverde. J’avais lu dans Lonely planet qu’il fallait prévoir un peu plus de temps que ce pouvait indiquer un GPS ou google map « étant donné l’état des routes ».

Personnellement, je n’appellerai pas ça une route 🙂
De Guacimal à Monterverde, il y a 21 km de route non goudronnée à gravir. C’est un peu comme un pèlerinage pré-tyrolienne. Ca a l’air innocent en photo comme ça, mais pas du tout … !! Ca secoue dans tous les sens pendant une heure.
Par contre, les paysages sont magnifiques : au début on traverse de jolis « villages » et on finit avec une vue superbe sur « le nuage de forêt » comme ils disent ici.

J’ai eu une belle surprise en arrivant au village : comme je m’y suis prise en retard pour réserver une chambre, j’ai pris ce qu’il restait, à savoir l’hôtel « Monteverde Inn ». Les trucs en Inn, j’aime pas trop normalement, mais bon. Et surprise en garant Jimmy, je trouve un joli hôtel, sous forme de petits bungalows en bois et surtout un beau jardin, une vue magnifique, et beaucoup d’espace vert. En fait, le Monteverde Inn appartient à la vallée Escondido, une réserve privée, de 11 hectares, dans la forêt de Monteverde. Enorme ! Du coup, 11 hectares de balades à dispo, une night walk pour voir les animaux de nuit et un joli bungalow !

J’ai profité de l’aprem pour visiter Monteverde, et sa voisine Santa Helena, et notamment « the orchidea garden ». Magnifique ! Même sans connaître les orchidées, c’est une jolie visite.

Le lendemain, direction les tyroliennes !
Pour resituer le contexte : j’ai peur du vide depuis que je suis petite, mais chantiers et échafaudages ne me laissant pas le choix, j’ai appris à passer au-dessus de cette peur, et c’est pour ça que je voulais faire cette longue tyrolienne.
J’ai choisis un circuit de 12 tyroliennes, dont 2 en superman, et une en descente en rappel de 15m.
Je suis partie pleine d’entrain, j’ai passé les premières tyroliennes sans soucis, et puis elles ont commencé à devenir plus longues et plus hautes 🙂
A la 7ème plateforme, histoire de bien te mettre la pression, tu tombes sur un panneau qui te demandes si tu es sûr de vouloir continuer, car si tu passes cette tyrolienne tu changes de montagne, et tu ne peux pas revenir autrement qu’en tyrolienne. OKKK  🙂

Au bout d’un moment, on arrive à la fameuse tyrolienne !
« Mais…… !!! C’est super haut !!! » Là tu réfléchis très vite et tu te dis que oui, effectivement pour faire une descente de 1600 m… il faut une certaine dénivelée… J’imaginais pas autant !
Doreen (du Costa Rica), Johny (d’Angleterre) et moi, on reste un moment sur la plateforme, à regarder le vide sous le câble. Pas la peine de chercher l’arrivée à l’extrémité du câble, à 1,6 km d’opposé, on ne la voit pas.
Johny se lance en position Superman et avec un « youhouuu ». Trop fort !
Doreen, aussi en Superman y va, plutôt en mode « HAAAAAAAA ». Et c’est à moi.
Comme on m’avait conseillé de le faire en superman, je me met en position, la tête en avant, dans le vide, mais les pieds toujours sur la plateforme.
« Ouhla… »
Le mec de la tyrolienne me demande si ça va.
« …mmm mmm »
Ok les pieds maintenant… Donc je me retrouve en mode superman prête à partir, au-dessus du vide de ouf, suspendue sur la plateforme. Et là, je regarde le vide et…. méga Bad 🙂  J’aurais pu crier sans même être partie ahaha
Je me suis mise à trembler comme une feuille, donc le mec m’a fait me rasseoir sur la plateforme, me calmer et du coup je ne voulais plus y aller, j’ai eu trop peur. On a attendu 5 minutes, je me suis calmée et j’ai décidé de la faire, mais pas en superman.
… GO !
Enorme !! Bon faut pas regarder le vide en dessous, mais si on regarde l’horizon c’est magique…

P5530481

Je suis vraiment contente d’avoir fait cette tyrolienne, et surtout de ne pas avoir changé d’avis au dernier moment. J’ai pu crié un bon coup, au-dessus des arbres, pour me vider la tête de tout ce qui tourne en ce moment vis-à-vis de mon changement de vie ; et ça fait du bien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :