Au bon endroit

Cela fait maintenant 3 mois que je suis partie de Suisse.

J’ai commencé ma mission avec Juan XXIII il y a 8 semaines :
L’équipe est top, on s’entend bien. Les trois premières semaines ont été difficiles au niveau de l’espagnol, car je ne comprenais rien à l’accent (et au vocabulaire) Nica. Mais peu à peu s’est venu. Maintenant sur mes 10 collègues, il n’y en a plus que 2 que je ne comprends pas 🙂 Il y en a un des deux avec qui on communique par signes, parce ni lui ni moi ne comprenons ce que dit l’autre. C’est assez drôle, et ça finit souvent en « non rien laisse tomber ».
En 8 semaines, je n’ai pour le moment pas encore trouvé ma place de « coopérante ». C’est dur d’arriver, et de prendre un poste qui n’existe pas ; de trouver ta place alors que, que tu sois là ou non, l’association tourne.
En fait, Coopérant, c’est un peu un poste de consultant. Donc ça implique une grande phase d’observation et de non-action. Et la non-action… C’est super dur pour moi.
Par exemple, dès la 3ème semaine j’ai proposé un travail de recherche, un nouveau type de maison sur lequel je pourrais faire des recherches en parallèle des maisons actuelles. Mais c’était trop rapide ! Je m’en suis rendue compte le jour où j’ai fait la présentation de mon idée.  Je n’étais pas encore assez impliquée dans l’assoc pour proposer quelque chose de nouveau. Je ne connaissais pas encore tous les paramètres.
Mais par chance, mon projet les a intéressés, et finalement, je suis actuellement en train de faire des recherches pour que Juan XXIII propose de nouvelles maisons, moins chères, avec de nouveaux matériaux.

Sinon au niveau construction : Après le rendu d’une petite maison de 45 m2 à Nindiri, un nouveau projet est validé à  Léon, pour construire 20 maisons : Juan XXIII a dessiné un modèle spécial de Vivienda, adapté aux revenus de ces familles, qui coûte env. 7’200 US$, avec des conditions de financement facilitées, puisque l’apport financier que doit apporter chaque famille pour commencer les travaux est de 100 US$ ; et ensuite, le remboursement du prêt est d’environ 65 US$ mensuel pendant 10 ans, avec possibilité d’étendre le remboursement du prêt a 20 années. Ce type de prestation, adaptée, est une réelle opportunité pour ces familles, qui de par leur situation économique, ne sont pas éligible par les banques pour obtenir des prêts. C’est donc Juan XXIII qui avance les fonds pour construire ces 20 maisons, et qui sera remboursé petit à petit au fur et à mesure des années : C’est ainsi que l’association agit pour promouvoir le droit à un habitat digne et sécurisé.

marche cencovicod
Marche organisée par Cencovicod pour que le gouvernement soutienne le projet des 20 coopératives de Léon. Sans succès… C’est donc Juan XXIII qui financera ce projet.

On commence les travaux en aout. Ce premier gros projet pour Juan XXIII est l‘occasion pour moi de suivre mes premiers travaux sur place, à la façon Nica… Et pour eux d’apprendre de mon expérience de suivi de travaux : la 1ère grande étape qu’on m’a demandé, c’est de leur montrer comment faire un planning, et surtout de le suivre.
En parallèle de ça, je bosse aussi sur la surélévation de leur dépôt, avec les deux autres ingénieurs, Kenneth et Walter : une bonne façon pour moi de pratiquer la partie conception et calcul d’un bâtiment, ce que je n’ai jamais fait en suisse.

 

Ma vie ici me plaît :
Le Nicaragua est un pays … difficile au premier abord – et spécialement pour les filles : Le machisme y est très fort, et il faut faire le dos rond.
Arriver au Nica est dur, car rien n’y est facile : prendre le bus, c’est compliqué car il n’y a pas de noms de rue ; Conduire, c’est … pire que tous les autres pays que j’ai vu ; Etre une « chelita » (une peau blanche), c’est attirer TOUS les regards TOUT le temps ; Payer quelque chose, c’est évidemment le payer 2 fois plus cher qu’un local ; c‘est s’habituer à la nonchalance des commerçants et aux tonnes de déchets partout tout le temps…
Pendant les 3 premières semaines… c’est dur. Mais ensuite une fois que tu as pris tes repères dans la ville, tout va beaucoup mieux : Une fois que la phase « touriste » est passée, et que tu peux faire tes activités tranquillement, le Nicaragua devient de plus en plus accueillant chaque jour. La nonchalance Nica s’efface dès que tu leur parles en Espagnol, avec le sourire : tu n’es plus un touriste X, qui parle anglais.

IMG_5834

Faire ses courses dans les marchés colorés, voir des enfants nous regarder avec curiosités ; découvrir la cuisine Nica & toutes ses spécialités, ville par ville ; regarder les paysages changer au rythme des volcans ; apprendre à comprendre l’accent Nica qui ne prononce pas les « s » ; Voir des jeunes débordants d’énergie pour changer leur pays, changer les mentalités, et parallèlement voir des parents fonder pleins d’espoir sur ces jeunes qui vont à l’université ; Rencontrer des personnes toujours prêtes à aider quand tu as besoin de quoi que ce soit…
Tout ça c’est le Nicaragua… qui se dévoile peu à peu, au fil des rencontres… sous le regard de Sandino, toujours représenté partout dans les villes.
Comme pour te rappeler la force de ce pays, où encore tous les jours on entend parler de la révolution Sandiniste, qui n’est pas prête d’être oubliée.
IMG_5879

Quand tous les jours, je suis dans ces bus bondés (les bus scolaires jaunes que les USA n’utilisent plus) où certains n’ont aucune gêne à jeter directement leur déchet par la fenêtre, je me laisse juste portée par la musique, les paysages, l’espagnol, et je me dis que je suis enfin où je voulais être, et ce sentiment est plus fort que tout.

Bref, mes premiers mois au Nica et a Juan XXIII n’ont pas été faciles tous les jours, c’est vrai, et ça serait mentir de dire le contraire ; mais … malgré tout ça, je suis super contente de vivre ici, de vivre mon expérience. Je suis dans un beau pays, qui va m’apprendre beaucoup de choses, et qui mérite d’être connu, qui mérite que les barrières tombent. Les barrières de la différence culturelle, mais aussi les barrières de richesse : En se dévoilant un peu plus chaque jour, le Nicaragua me donne le sentiment chaque soir un peu plus fort d’être au bon endroit.

Pas encore à ma place, pour ça il faut patienter ; mais en tous cas au bon endroit.

DSC_0331
Laguna de Apoyo
IMG_5558
Afterwork
IMG_6117
Coupe d’Europe
IMG_5996
Mamones ❤
IMG_5907
Mes colocs
IMG_5971
Noche @ Caramanchel
IMG_5830
Las Peñitas
IMG_5970
Mes collocs
IMG_5837
Léon et ses fresques
IMG_5826
Las Peñitas
IMG_5598
Carrera Sandino Vive
IMG_5824
Léon et ses fresques
IMG_5817
Sandra 🙂
Suenos de birrete
Sueños de Birrete – TECHO
IMG_5588
Carrera Sandino Vive
IMG_5731
Laguna de Apoyo
IMG_5812
Flor de Cana
IMG_5474
Brian & Sandra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :