Corn Island

Avril 2018: pour Semana Santa, j’ai décidé de profiter une dernière fois de la côte Caraïbe du Nicaragua, avec mon amie Maria et nos potes Glaussia y Victor.

Maria a accepté de vivre l’expérience jusqu’au bout avec moi, et de traverser tout le pays en bus de Managua, jusqu’à Bluefield: je voulais tester la nouvelle route « nueva Guinea – Bluefield » annoncée comme terminée depuis 2017.
Tellement sûrs que les travaux étaient effectivement terminés, mes potes nica me demanderont même pourquoi nous y allons en bus, et non pas en voiture.
Mmm l’instinct?

img_7867

Départ 05h du mat depuis le terminal de bus de Managua… Comme toujours, les paysages verdoyants défilent sous nos yeux, magnifiques; les hauts parleurs du bus alternent reggeaton, salsa et pop anglaise… Je me dis encore une fois que j’aime vraiment ce pays. Les heures défilent… La route est vraiment en bon état, et je commence à me dire que je pourrais même recommander le trajet à mes parents quand ils viendront l’année prochaine: c’est vraiment magnifique. Avec Maria, on profite des pauses pour acheter des patisseries locales, et je retrouve même una manjar que j’avais gouté par hasard la première semaine au Nicaragua et que j’avais adoré, le Pan de Jinotepe.
On arrive au village de Nueva Guinea: je tombe sous le charme.
Et, à contre-sens arrive une pelle mécanique. Une énorme… celle que l’on ne voit jamais au Nicaragua, car beaucoup trop chère.

2e9c5410331b58d8b97a212275e20a8c
Pan de Jinotepe

 


Il ne faudra pas attendre plus longtemps avant de nous retrouver sur une route en terre: dès la sortie de Nueva Guinea, la route n’existe plus. C’est un immense chantier, à travers lequel le bus force le passage entre les camions de terre et de gravats, les rouleaux compresseurs et les pelles mécaniques. Honnêtement, j’ai rarement vu d’aussi grosses machines…. Comment les médias peuvent-ils annoncer que les travaux sont terminés, alors qu’ils en sont encore à la phase de déplacement des terres? Facile… quand les médias appartiennent au gouvernement, et que la zone est totalement isolée au milieu de la jungle.

 

Il nous faudra casi 3h pour terminer les 100 kM qui nous relient à Bluefield. Ce qui inclura aussi, une petite marche de 10 minutes: le bus patinant dans une énorme pente en terre, tous les passagers avons du descendre, afin de l’alleger au maximum. Moment très drôle pour Maria et moi, mais moins pour notre voisine, une mamie avec beaucoup de difficultés à marcher, donc incapable de monter cette pente. Heureusement, à notre demande, un chauffeur de camion acceptera d’aider la mamie et la transporter jusqu’en haut de la pente.

img_7881

img_7877

16h00: Bluefield nous voila!
Nous avons décidé de rester deux jours à Bluefield, chez Pascal un ex-coopérant Eirene, qui a ouvert une agence de tourisme ici, et qui est en train de construire son hostal. Des hauteurs de Bluefield à El Bluff, Pascal nous aura fait découvrir pas mal d’endroits, avec beaucoup de professionnalisme et de plaisir.

=> Son agence Bluefield Tours:    https://bluefieldstours.com

Mardi matin, le petit avion Costeña nous attend, et nous nous envolons en direction de Isla del Maïs (ou Corn Island).

Je partage avec vous les photos de ces 5 jours magnifiques sur cette île de moins de 13km2, perdue dans la mer des Caraïbes, à 70 km de la côte.
Au programme: plage, vélo, plage, langouste, Coco loco, plage et gateaux délicieux.

ab7dd542-5f0b-45b3-b23b-c14d6e12c498

Corn Island ❤ Une autre merveille du Nicaragua

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :